joomla templates

Displaying items by tag: egitto

3 juillet 2019 - Le Ministère égyptien pour les Antiquités a réalisé la publication en langues anglaise et arabe d’un fascicule illustré dédié au « Chemin de la Sainte Famille, itinéraire qui unit les lieux traversés selon des traditions millénaires par Notre-Dame, Saint Joseph et l’Enfant Jésus lorsqu’ils trouvèrent refuge en Egypte pour fuir la violence d’Hérode. Le dossier, intitulé « Stations du voyage de la Sainte Famille » fait partie des initiatives mises en place par les autorités égyptiennes pour parvenir à faire insérer le Chemin de la Sainte Famille dans la liste des sites reconnus comme Patrimoine mondial de l’UNESCO.

La brochure contient une documentation et des clichés concernant différents lieux faisant partie de l’itinéraire, tels que les monastères de Wadi Natrun, ce qu’il est convenu d’appeler l’arbre de Marie sis à el Matariya, un faubourg du Caire, l’église de Notre-Dame de Jabal al-Tayr, en province de Minya et le Monastère de Deir al Muharraq, dans le gouvernorat d’Assiout où la Sainte Famille se serait établie, selon des traditions locales, pendant plus de six mois dans une grotte ensuite englobée dans une antique église dédiée à Notre-Dame. Khaled al Anani a remarqué dans le cadre de récentes interventions publiques l’importance historique et ecclésiale du séjour de la Sainte Famille sur le territoire égyptien, relançant l’hypothèse historique selon laquelle la Sainte Famille aurait séjourné en Egypte pendant plusieurs années, retournant en Palestine seulement après la mort d’Hérode. Ce sont au moins 25 lieux qui revendiquent le fait d’avoir été traversés par la Sainte Famille durant la fuite en Egypte.

Depuis longtemps déjà, comme eut à l’écrire l’Agence Fides, les autorités égyptiennes cherchent à promouvoir, y compris sur un plan touristique, le Chemin de la Sainte Famille en Egypte. Le 4 octobre 2017, le Pape François, lors d’une Audience générale, avait salué une délégation égyptienne nombreuse parvenue à Rome pour promouvoir des pèlerinages le long de ce Chemin de la Sainte Famille. (GV) (Agence Fides 02/07/2019)

Published in Nouvelles

11 mai 2018 - Célébration du centenaire des écoles du Dimanche de l’Eglise copte orthodoxe, à l’origine du réveil spirituel copte. Les célébrations prévues par l’Eglise copte orthodoxe pour commémorer le centenaire de la naissance de ce qu’il est convenu d’appeler le Mouvement des écoles du Dimanche ont bel et bien débuté. Le 13 mai, le Centenaire en question sera célébré en la Cathédrale copte orthodoxe du Caire en présence du Patriarche copte orthodoxe, Tawadros II. A la commémoration officielle a également été invité le Patriarche d’Alexandrie des Coptes catholiques, S.B. Ibrahim Isaac Sedrak.

C’est en 1918 en effet que l’archidiacre copte orthodoxe Habib Girgis créa le réseau des écoles du Dimanche, s’inspirant de la formule protestante. L’initiative, pensée pour favoriser la formation spirituelle et théologique des laïcs, a eu un impact formidable, avec la renaissance du monachisme copte orthodoxe, en tant qu’instrument et occasion du réveil copte du siècle dernier. Les écoles du Dimanche ont favorisé et alimenté le renouvellement de l’ensemble de la pastorale de l’Eglise copte orthodoxe, contribuant à la formation des nouvelles générations de moines et de prêtres qui, à partir de l’entre-deux-guerres, ont participé à une « renaissance » copte solidement enracinée dans la redécouverte des traditions théologiques et spirituelles propres.

Le mouvement des écoles du Dimanche a contribué à modeler la sensibilité théologique et pastorale de figures importantes de l’histoire de l’Eglise copte orthodoxe du siècle dernier, comme le Patriarche copte orthodoxe Shénuda III.

L’archidiacre Habib Girgis (1876-1951) a été reconnu et proclamé saint par le Synode de l’Eglise copte orthodoxe le 20 juin 2013. « Au sein de l’Eglise copte orthodoxe – indique à l’Agence Fides le Père Antonios Gabriel, prêtre de la communauté copte orthodoxe de Rome – la sainteté d’une personne ne peut être proclamée que quarante ans après la mort du canonisé. Il faut que l’odeur de sainteté demeure ferme et répandue également au sein de la génération suivant celle à laquelle appartenait le saint ». (GV) (Agence Fides 11/05/2018)

Published in Nouvelles
Mardi, 25 Avril 2017 20:41

EGYPTE “Cher peuple égyptien...”

25avril 2017 - Le Pape François adresse un message au peuple égyptien. À quelques jours de son voyage en Egypte  vendredi et samedi prochains, le pape  François s’adresse aux Égyptiens dans un message vidéo aujourd’hui, pour s’annoncer comme ami, pèlerin et messager de paix dans un pays où ont vécu, dit-il, prophètes et patriarches, et où Dieu a fait entendre sa voix.

«Cher peuple égyptien ! Al Salamò Alaikum ! La paix soit avec vous ! Je suis heureux de venir dans le pays qui a donné refuge à la Sainte Famille il y a plus de 2000 ans», dit François dans ce message vidéo diffusé à la télévision égyptienne. «Je voudrais que cette visite soit une accolade de consolation et d’encouragement pour tous les chrétiens du Moyen-Orient», affirme le Saint Père. «Un message d’amitié», de «fraternité» et de «réconciliation» pour tous les enfants d’Abraham, «particulièrement pour le monde islamique». En mentionnant le monde islamique, «dans lequel l’Égypte occupe une place de premier plan», le Pape souhaite que son voyage soit une «contribution appréciable» pour le dialogue interreligieux. Sans oublier évidemment le dialogue œcuménique avec l’Église copte orthodoxe, victime de deux attentats meurtriers le 9 avril dernier, pendant la messe du dimanche des rameaux.

«Une violence aveugle» déchire notre monde, alors qu’il a besoin d’artisans de paix, de personnes libres, créatrices et courageuses pour construire l’avenir sans s’enfermer dans des préjugés, insiste François, avant de conclure en précisant que le monde a besoin de «bâtisseurs de ponts de paix, de dialogue, de fraternité, de justice et d’humanité». (Radio Vaticana)

(CV-JCP)

«Cher peuple égyptien !

Published in Nouvelles

10 avril 2017 - Les attentats du dimanche 9 avril contre deux églises en Égypte, à Alexandrie et à Tanta, revendiqués par la branche égyptienne de Daech sont parmi les plus sanglants commis ces dernières années contre les Coptes qui représentent 10 % des 92 millions d’Égyptiens. Avec la montée de l’islam politique, la situation des chrétiens d’Orient, en Égypte, en Irak et en Syrie est de plus en plus précaire, à l’exception du Liban.

Les statistiques font état de 10 % de coptes parmi les 92 millions d’Égyptiens. Mais d’après l’historien Tewfik Aclimandos, enseignant à l’université du Caire, cette estimation de la plus importante et plus ancienne communauté chrétienne du Moyen-Orient est certainement surévaluée. « Même à l’époque de la tutelle britannique, la minorité copte n’atteignait pas cette proportion. Une fourchette de 5,5 % à 7 % de coptes semble plus réaliste, soit 5 à 6,5 millions de personnes, évalue l’historien. Cela fait tout de même beaucoup de monde ! »

 

Si les coptes ont participé au soulèvement de 2011 contre Hosni Moubarak, quelque 100 000 d’entre eux se sont exilés, notamment à la suite de la répression par l’armée de leur manifestation qui fit plusieurs dizaines de morts en octobre 2011. Les coptes réclamaient alors plus de droits – l’accès aux hautes fonctions dans l’administration ou l’armée –, dans une société qui leur refuse une égalité de traitement.

 

« Le phénomène migratoire s’est poursuivi sous la présidence Morsi – la confrérie des Frères musulmans étant antichrétienne – et se poursuit encore, mais la religion et les attaques ne sont pas le seul facteur, la dégradation des conditions économiques y contribue et pousse aussi au départ nombre de musulmans, poursuit Tewfik Aclimandos. La menace Daech qui ne se cantonne plus au Sinaï mais gagne la vallée densément peuplée risque d’aggraver le phénomène. »

En Irak, plus guère d’espoir

2016 fut une amère revanche pour les chrétiens d’Irak. Fin octobre, les forces irakiennes ont commencé à reconquérir Mossoul et ont arraché les villes chrétiennes de Karakoch et Bartella à Daech. Mais les cris de victoire ont été de courte durée au vu des destructions et des pillages. Très peu de familles ont pu retourner y vivre, après en avoir été chassées en 2014. Cet été-là, face à l’avancée de Daech, quelque 125 000 chrétiens de la plaine de Ninive avaient dû fuir pour se réfugier dans la région autonome du Kurdistan, au nord-est de l’Irak.

Aujourd’hui, on estime le nombre de chrétiens en Irak à moins de 300 000, soit à peine 1 % de la population (ils étaient plus d’un million avant 2003) : une moitié à Bagdad, l’autre à Kirkouk et dans le Kurdistan irakien, principalement à Ainkawa, le quartier chrétien de la capitale Erbil, mais aussi à Soulemanieh et à Dohouk, les deux autres cités du Kurdistan d’Irak. Parmi ces 300 000 chrétiens, la grande majorité relève de l’Église chaldéenne (catholique), l’une des onze Églises orientales de différents rites (chaldéen, byzantin, arménien, latin…) présentes en Irak.

Ceux installés au Kurdistan avant 2014 ont profité d’un certain boom économique, avec la découverte de pétrole, l’ouverture d’hôtels, de centres commerciaux et de bars (avec alcool). Ceux arrivés depuis 2014 ont vu leur situation humanitaire s’améliorer, grâce à l’aide d’ONG et des Églises : les réfugiés ont pu être relogés dans des bâtiments en dur ou des cabanons ; une dizaine d’écoles arabophones ont été construites (les chrétiens de la plaine de Ninive ne parlent pas kurde), ainsi que plusieurs églises. Il y a même le projet d’ouvrir à Erbil une université catholique anglophone.

Mais au Kurdistan, pourtant réputé stable, le danger reste présent, du fait des infiltrations de djihadistes : le 29 septembre 2013, six kamikazes s’étaient fait exploser à Erbil, devant le bâtiment des forces de sécurité du parti démocratique du Kurdistan (PDK) de Massoud Barzani. De plus, nombreux sont les réfugiés qui ne pardonnent pas aux Kurdes de s’être repliés en août 2014, sans combattre Daech.

Aussi, les chrétiens d’Irak et du Kurdistan sont de plus en plus nombreux à quitter cette région. Entre 2014 et 2015, Mgr Bachar Matti Warda, archevêque chaldéen catholique d’Erbil, a constaté le départ de plus de 3 000 familles parmi les 13 500 réfugiées dans son diocèse. Les chrétiens, qui ont payé le prix fort de la guerre en Irak, n’ont plus guère d’espoir : ni pour eux-mêmes (aucun espoir de pouvoir retourner avant longtemps dans leurs villes et villages d’origine), ni pour leurs enfants (difficulté à trouver du travail dans leur pays). Ainkawa se trouve alors être la dernière étape avant le saut vers l’Europe, le Canada ou l’Australie.

 

Au Liban, un vrai pouvoir politique

Pour Antoine Fleyfel, professeur de philosophie et de théologie à l’université catholique de Lille, la situation des chrétiens au Liban est très différente de celle des chrétiens d’Irak ou même d’Égypte. « Le Liban, rappelle-t-il, a été créé par les chrétiens maronites et pour les chrétiens du Liban qui voulaient un État national », afin de s’affranchir du mandat français.

Le Liban d’aujourd’hui est un pays où les chrétiens ont un pouvoir politique auquel s’ajoute un poids démographique – ils représentent 39 à 40 % de la population totale alors qu’ils n’étaient que 35 % en 1975. Ils sont actuellement environ 1,5 million de chrétiens dont un million de catholiques, principalement maronites, grecs-melkites, syriaques, arméniens.

Comment expliquer que leur situation soit différente de celle d’autres chrétiens de la région ? « À la différence des coptes d’Égypte et des chrétiens d’Irak, ceux du Liban remplissent les trois paramètres géopolitiques : le pouvoir politique et économique, démographique et l’influence culturelle, poursuit Antoine Fleyfel. Certes, ils sont inquiets quand ils voient le sort réservé aux autres chrétiens du Proche-Orient, certains même redoutent de faire eux aussi les frais de l’islam politique, mais les conjonctures ne sont pas les mêmes. « Les chrétiens du Liban doivent relever le défi de leur présent et de leur avenir, mais, conclut Antoine Fleyfel, les conditions de leur existence au Liban sont réunies pour qu’elles durent. »

 

En Syrie, un avenir incertain

La Syrie comptait environ un million de chrétiens au début du conflit, soit 4,6 % de la population, selon les estimations du démographe Youssef Courbage. Ils ne seraient plus que la moitié, estiment certains spécialistes. Ayant plus de liens familiaux à l’étranger que leurs concitoyens musulmans, ils sont pour beaucoup partis vers le Liban, l’Europe ou le Canada. Avant même d’être frappée par les exactions des islamistes, cette minorité était affectée depuis des décennies par une forte émigration et un faible taux de natalité.

Contrairement aux Kurdes ou aux Alaouites, les chrétiens – les grecs-orthodoxes et grecscatholiques sont les plus nombreux –, sont présents dans la plupart des villes syriennes. Il existe néanmoins, non loin de Homs, une « vallée des chrétiens » (Wadi al-Nasara) où ils sont nombreux à s’être réfugiés, fuyant les zones contrôlées par Daech.

« Comme tous les Syriens, les chrétiens subissent la guerre et l’instabilité, explique Zakaria Taha, maître de conférences à l’université de Grenoble. Mais ils sont plus inquiets que les autres pour leur avenir. » Couramment considérés comme des « traîtres » pro-régime, certains redoutent le pire en cas de chute de Bachar Al Assad. La tendance chez les chrétiens est au repli sur la famille et, souvent, au départ.

La Croix, par Mélinée le Priol, Claire Lesegretain, Agnès Rotivel et Marie Verdier

Published in Nouvelles
Mercredi, 15 Février 2017 15:05

Centre de l'amour - Alexandrie

Jubilé d’argent du Centre de l’Amour

Fondé en 1992, le Centre de l’Amour pour enfants aux besoins spéciaux célèbre cette année son 25ème anniversaire !

Affilié à l’Institution Sainte Jeanne Antide, ce centre est une concrétisation des principes inculqués aux élèves de la grande école : accepter, respecter et servir l’AUTRE.

Les célébrations ont eu lieu les 21 et 22 janvier en cours, en la présence des religieuses du conseil provincial et des communautés d’Egypte. Les fondateurs du projet, les membres de la grande famille JA, les directeurs des centres alexandrins pour handicapés et les parents des élèves ont honoré la fête de leur présence.

La cérémonie a commencé par le dévoilement d’une statue, symbole du centre, suivi d’une procession aux cierges blancs jusqu’à la salle de spectacle. Là-bas, les mots d’accueil et les témoignages de reconnaissance ont précédé un programme organisé soigneusement.

Les enfants du Centre ont joué deux opérettes patriotiques célèbres. Chants, ballet, théâtre… les talents n’en manquaient pas ! La salle retentissait d’applaudissements, la présentation dépassait toutes les attentes !

Le lendemain matin, une messe célébrée en la chapelle de l’école, spécialement pour l’occasion, a fait entendre des échos très positifs. «Les rituels religieux ou les actes de charité ?», tel était la question du Père Boulad (acteur principal au projet du centre dès sa naissance), lancée dans son homélie, aux fidèles de toutes les religions.

Humains de noms ou d’actions ? C’était le message d’or du jubilé d’argent.

Published in Evénements

23 mai 2016 - Commentaires de l’Evêque copte catholique d’Assiout après la rencontre entre le Pape et le grand imam d’al-Azhar. « En Egypte, il est fait grand cas de la rencontre entre le Pape François et le grand imam d’al-Azhar. Même les journaux les plus répandus dédient à l’événement un vaste espace en première page et indiquent qu’a déjà été prise la décision de reprendre le dialogue officiel entre le Saint-Siège et la plus grande institution académique de l’islam sunnite ».

C’est ainsi que l’Evêque copte catholique d’Assiout, S.Exc. Mgr Kyrillos William Samaan, décrit à l’Agence Fides l’attention et les attentes suscitées au sein de la société égyptienne par la visite accomplie ce matin au Vatican par le cheikh Ahmad al Tayyib, grand imam d’al-Azhar, au cours de laquelle ce dernier a eu un important entretien avec le Pape. « Ce dialogue officiel – rappelle l’Evêque copte catholique d’Assiout – était interrompu depuis cinq ans. Les problèmes avaient fait suite non pas à la leçon du Pape Benoît XVI à Ratisbonne, comme le répètent certains aujourd’hui de manière erronée, mais aux déclarations du Pape après l’attentat contre la Cathédrale copte d’Alexandrie. A cette occasion, le Souverain Pontife avait rappelé les responsabilités des autorités locales quant à la défense des chrétiens. A ces paroles, avaient mal réagi non seulement ceux d’al-Azhar mais également des représentants du Patriarcat copte orthodoxe ».

S.Exc. Mgr Kyrillos William Samaan estime dans tous les cas positive la contribution offerte ces dernières années par al-Azhar en faveur de la coexistence et du dépassement des dérives sectaires, en cette période historique. « Le grand imam, ainsi que le Patriarche copte orthodoxe Tawadros (II) ont contribué à revitaliser la Maison de la Famille égyptienne, organisme de liaison interreligieux créé depuis des années par al-Azhar et par le Patriarcat copte orthodoxe comme instrument visant à prévenir et à mitiger les oppositions sectaires, à un moment où l’explosion du sectarisme fondamentaliste semblait mettre en danger l’unité nationale elle-même ». Récemment, sous l’égide de cette institution qui coordonne un réseau diffusé de manière capillaire sur le territoire national, une quarantaine d’imams et de prêtres ont animé ensemble une mission dans les écoles de la province égyptienne de Minya afin de promouvoir par des conférences et des débats avec les élèves la culture de la rencontre et de la paix, en la valorisant comme base d’une coexistence pacifique, sociale et religieuse. (GV) (Agence Fides 23/05/2016)

Published in Nouvelles

16 mars 2016 - Le Comité de réconciliation d’Ismailia, localité du gouvernorat de Minya, a convoqué, dans le cadre des initiatives entreprises pour surmonter les conflits sectaire, une réunion visant à discuter de la possible construction d’une église copte et de la zone à destiner éventuellement à cette construction.

Dans le cadre de l’assemblée de l’organisme – indiquent des sources locales – a été identifié le terrain sur lequel sera érigé le lieu de culte chrétien. Les membres du Comité, en grande partie musulmans, ont voté la proposition et la localisation choisie en vue de la construction par 49 voix contre 4. L’accord, presque unanime, concernant la construction de l’église copte, représente un signe accueilli avec soulagement par les communautés chrétiennes locales, dans une zone marquée par le passé par différents épisodes d’intolérance sectaire. (GV) (Agence Fides)

Published in Nouvelles

6 juillet 2015 – L’église copte orthodoxe des Saints Antoine et Paul, sise dans le district de Nasser, en province de Beni Suef, assure actuellement une distribution hebdomadaire de colis de vivres à des centaines de familles musulmanes pauvres à l’occasion du ramadan, le mois de jeûne prévu par l’islam. C’est ce qu’indiquent des sources coptes consultées par l’Agence Fides. Les colis de vivres offerts par la Paroisse copte orthodoxe sont distribués en collaboration avec la mosquée locale et la synergie entre imam, moines, prêtres et laïcs chrétiens contribue à renforcer les liens de familiarité et de solidarité qui représentent un antidote efficace à la prédication sectaire et aux manœuvres des groupes intégristes.
Le choix de distribuer de manière ciblée des biens de première nécessité aux musulmans les plus pauvres marque un changement par rapport au passé lorsque, au cours du ramadan, les communautés chrétiennes organisaient des dîners et des moments conviviaux à partager avec les musulmans à la fin du jeûne.
« En réalité – explique à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Antonios Aziz Mina, Evêque copte catholique de Gizeh – ces banquets du soir s’étaient transformés ces derniers temps en moments trop formels et commençaient à voir leur participation diminuer. Ainsi, de nombreuses communautés chrétiennes ont eu l’heureuse idée d’utiliser les fonds auparavant destinés à de tels dîners en vue d’interventions en faveur des musulmans pauvres, un choix qui me semble particulièrement approprié y compris aux vues de la crise économique qui frappe des strates sociales toujours plus amples de la population de manière féroce ».
(GV) (Agence Fides 06/07/2015)

Published in Nouvelles

15 juin 2015 – Annonce d’une invitation du Président égyptien au Pape François à se rendre en Egypte de la part l’Ambassadeur égyptien près le Saint-Siège. Le Président égyptien, Abdel Fattah al-Sisi, a officiellement invité le Pape François à accomplir une visite en Egypte. C’est ce qu’indique dans un entretien publié sur Al Ahram S.E. Wafaa Ashraf Moharram Bassim, Ambassadeur de la République arabe d’Egypte près le Saint-Siège. Dans une longue conversation avec le plus connu des quotidiens égyptiens, Mme Wafaa Bassim répond à diverses questions sur le rôle international du Pape François et sur les positions du Saint-Siège à propos des urgences que connaît le Proche-Orient.

Dans ce contexte, le représentant diplomatique musulman indique que des bureaux du gouvernement est partie une invitation formelle signée par le Président al Sisi demandant au Pape d’accomplir une visite officielle en Egypte, y compris en sa qualité de Chef d’Etat. L’invitation du Président – ajoute Mme Wafaa Bassim – vient s’ajouter à celle adressée au Pape François par le Patriarche copte orthodoxe Tawadros II. A propos du calendrier d’une possible visite papale en Egypte, l’Ambassadeur avertit que n’est encore à l’étude aucune date et qu’elle ne doit pas être attendue pour 2015, ajoutant toutefois que « les deux parties désirent que la visite intervienne au plus tôt ».

La nouvelle d’une possible visite du Pape François en Egypte est accueillie avec grande joie également par les catholiques égyptiens : « Il n’existe pas de confirmations officielles de ce que publient les journaux – déclare à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Antonios Aziz Mina, Evêque copte catholique de Gizeh – mais une visite du successeur de Saint Pierre en Egypte à ce moment historique constituerait certainement un grand réconfort et un fort encouragement, y compris pour tous les chrétiens de la région ».

Entre temps, des sources égyptiennes coptes indiquent que le Pr. Mohamed Emara de l’Université al-Azhar, a démissionné de la direction de la revue de l’Université islamique, après les polémiques suscitées par sa publication – diffusée avec la revue – dans laquelle le chercheur qualifiait de « ruineuse » l’histoire du Christianisme au Proche-Orient. Les considérations de l’enseignant avaient provoqué des réactions négatives au sein de la communauté copte et la publication avait été retirée. (GV) (Agence Fides 15/06/2015)

Published in Nouvelles

29 avril 2015 – Une décision judiciaire a réaffirmé le droit pour les travailleurs chrétiens du secteur public à retarder jusqu’à 10.00 leur arrivée au travail le Dimanche afin de leur permettre de participer à la Messe dominicale. C’est ce qu’indiquent des sources coptes consultées par l’Agence Fides.

Le droit à l’horaire dominical réduit pour les fonctionnaires chrétiens avait déjà été reconnu par la délibération 244 de 1960 mais, ces derniers temps, les responsables de nombreuses entreprises et organismes publics avaient commencé à repousser les requêtes d’arrivée retardée le Dimanche présentées par des travailleurs chrétiens, qui ont fait appel à la justice civile.

Ces jours derniers, au travers de la délibération n° 20195 de 2015, le juge Mohammed Saleem a réaffirmé que tous les bureaux et les entreprises publics – y compris les écoles – sont tenus à permettre l’arrivée retardée à leurs salariés chrétiens le Dimanche. (GV) (Agence Fides 29/04/2015) 

Published in Nouvelles
  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »
Page 1 sur 2
Partout | dans le monde

passpartDécouvrez la revue des Sœurs de la Charité de sainte Jeanne-Antide Thouret : une fenêtre sur la Congrégation, l’Eglise, le monde.

Si vous désirez connaître la revue et recevoir un numéro en hommage, vous pouvez envoyer votre demande à cette adresse e-mail :
m.jacqueline@suoredellacarita.org

www.partoutdanslemonde.it

Publications

filo1

Cette rubrique présente les livres principaux qui regardent l'histoire de la Congrégation, la vie de Sainte Jeanne Antide et les Saintes. Et Cahiers spirituels, DVDs, ...libri



leggi

Renseignements utiles
 Links
filo3
 Contacts
filo3
 Aire Réservée
filo3
 Recherche et aire réservée
filo3
 Inscription au Newsletter
filo3
Suivre la Direct
filo3