Avec un message vidéo, le pape François a relancé le Pacte mondial pour l’éducation, qui devait se tenir le 14 mai et a été reporté en raison de l’urgence sanitaire que connaît actuellement le monde. Adhérer au pacte éducatif signifie s’engager à reconstruire les relations à tous les niveaux, en commençant par le plus proche, la famille, le village, puis en s’étendant à la ville, au monde et à la nature.

Et précisément, le pape François nous a appelés à nous engager personnellement et ensemble :

  • à mettre au centre de chaque processus éducatif formel ou informel la personne, sa valeur, sa dignité, afin de faire émerger sa spécificité, sa beauté, son unicité et, en même temps, sa capacité d’être en relation avec les autres et avec la réalité qui l’entoure, en repoussant les styles de vie qui favorisent la diffusion de la culture du rejet.
  • Deuxièmement : à écouter la voix des enfants et des jeunes à qui nous transmettons des valeurs et des connaissances, afin de construire ensemble un avenir de justice et de paix, une vie digne pour chaque personne.
  • Troisièmement : à favoriser la pleine participation des fillettes et des jeunes filles à l’instruction.
  • Quatrièmement : à voir dans la famille le premier et l’indispensable sujet éducateur.
  • Cinquièmement : à éduquer et à nous éduquer à l’accueil, en nous ouvrant aux plus vulnérables et aux plus marginalisés.
  • Sixièmement : à nous engager à chercher à trouver d’autres manières de comprendre l’économie, de comprendre la politique, de comprendre la croissance et le progrès, pour qu’ils soient vraiment au service de l’homme et de la famille humaine toute entière dans la perspective d’une écologie intégrale.
  • Septièmement : à garder et à cultiver notre maison commune, en la protégeant du pillage de ses ressources, en adoptant des styles de vie plus sobres et visant à l’utilisation complète des énergies renouvelables, respectueuses de l’environnement humain et naturel selon les principes de subsidiarité et de solidarité et de l’économie circulaire.